Bienvenue !

Avantages pour les cotisants de l'association

L'APSE propose des avantages spécifiques pour les adhérents à jour de leur cotisation : annuaire, réduction pour les conférences, évènements spéciaux...

Pour renouveler votre soutien à l'association adhérer en ligne

Accès réservé

Cette nouvelle section du site sera bientôt disponible, merci de revenir prochainement !

Pas encore membre APSE ?

Vous pouvez adhérer à l'association en quelques clics grâce à notre espace d'adhésion en ligne


Conférence-débat : La violence ordinaire dans les organisations

jeudi 23 mars 2017 de 17h30 à 20h

FDSP campus Aix- Site 3 Schuman
Amphi Mistral
3 Avenue Robert Schuman
13100 Aix-en-Provence



Si le bonheur au travail peut se rencontrer (en cherchant bien, on peut le croiser, déposé ici ou là, dans l’amour du métier, quelques relations de qualité, la symbolique que charrie l’activité...), c’est d’abord la violence ordinaire perpétrée par les uns et les autres sur les uns et les autres que l’on croise le plus souvent lors des interventions dans les organisations. À cela, il n’y a aucune espèce de fatalité. Cette violence existe le plus souvent non pas en appui sur des desseins de harceleurs plus ou moins dérangés (même si ceux-là peuvent aussi exister) mais sur la cécité, les petites lâchetés quotidiennes, les peurs du plus grand nombre. Pour tenter d’en finir avec elle (ou au moins pour la combattre), Gilles Herreros plaide pour l’émergence d’organisations réflexives.

Notre invité : Gilles Herreros, professeur de sociologie à l'université Louis Lumière Lyon 2, membre du Centre Max Weber.

La violence ordinaire perpétrée au quotidien dans les organisations se distingue de la violence physique, de la violence perverse, ou de celle liée aux conditions de travail particulièrement pénibles de certains milieux ou activités professionnels. Gilles Herreros s'attache à décrire et analyser la violence banale exercée par un petit chef, un grand cadre, un collègue de travail, car il défend l'idée que la percevoir est indispensable pour s'y opposer.

À travers des récits mettant en scène des situations de travail analogues à celles que chacun peut avoir vécu, l'auteur montre comment la violence se tisse au jour le jour. Pour se perpétrer, comme pour se perpétuer, elle a besoin de l'indifférence voire de l'acceptation du plus grand nombre. Les petits renoncements, les cécités multipliées, les questionnements liquidés, chaque jour répétés par les uns, fabriquent des mécaniques qui détruisent les autres. Et si les systèmes managériaux génèrent de la violence, il est important de ne pas diluer les responsabilités de ceux qui la rendent possible.

Toutefois, il n'y a aucune fatalité à ce phénomène. L'auteur plaide pour la mise en place d'organisations « réflexives » valorisant une appréhension clinique des procès de travail et le déploiement d'une critique réhabilitant la subjectivité et l'intersubjectivité. Qu'il soit porté par le sociologue d'intervention ou par ceux qui ont en charge le pilotage des organisations, ce changement suppose l'adoption de postures inhabituelles en entreprise, et qui seraient pourtant salutaires : négativité, intranquillité, attention au sujet...

Cette conférence-débat APSE est organisée en partenariat entre les Masters RH de l’Institut Supérieur de Management des Organisations de la Faculté d’Economie Gestion et le LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail).



Association des Professionnels en Sociologie de l'Entreprise

L’APSE est une association atypique réunissant sociologues praticiens, chercheurs et professionnels partageant une même conviction : mieux comprendre les situations de travail permet de les transformer.

L’APSE propose un espace singulier à travers :

  • des rencontres et des débats sur les apports de la sociologie dans les univers de travail
  • l’animation d'un réseau de praticiens de la sociologie
  • un centre de ressources autour de la sociologie de l'entreprise

Adhérer en ligne

 

Sociologies Pratiques

 

Adhérer à l'APSE ?