Bienvenue !

Avantages pour les cotisants de l'association

L'APSE propose des avantages spécifiques pour les adhérents à jour de leur cotisation : annuaire, réduction pour les conférences, évènements spéciaux...

Pour renouveler votre soutien à l'association adhérer en ligne

Accès réservé

Cette nouvelle section du site sera bientôt disponible, merci de revenir prochainement !

Pas encore membre APSE ?

Vous pouvez adhérer à l'association en quelques clics grâce à notre espace d'adhésion en ligne


Dialogue(s) en entreprise – Quelles pistes émergentes ?

jeudi 7 février 2019 de 14h à 18h
83 boulevard Arago 75014 PARIS



Les inscriptions ne sont plus ouvertes, nous avons atteint la capacité maximale de la salle pour cet évènement.

Notre contexte contemporain d’incertitude généralisée, d’accélération et de changement permanent donne lieu à un besoin criant de dialogue sur où l’on veut aller ensemble et comment s’ajuster collectivement pour avancer.
Cependant les travaux empiriques notamment en sociologie montrent que le dialogue sur les « vrais sujets » est rarement au rendez-vous dans l’entreprise. « On parle… mais de quoi on parle ? » est une remontée des terrains d’enquête qui revient en boucle.

En 2017, l’AFCI publiait en partenariat avec l’APSE un livre blanc sur la parole au travail, suite à une série d’entretiens réalisés dans différents environnements professionnels.
Les contributeurs pointaient en particulier qu'à l'ère du numérique et des outils dits collaboratifs, la place des espaces de discussion au travail nécessite paradoxalement un renouvellement.
Dans le même temps, la banalisation des dispositifs d’expression semble jouer un rôle important dans la standardisation des échanges, passés au crible des normes de relation des dispositifs eux-mêmes.
Au total alors, quelle est la place qui peut être faite à la mise en commun de sens qui caractérise le dialogue ? De cette dernière, l’étymologie du mot rend pourtant si bien compte : à travers (dia) le discours (logos). 

S’intéresser de manière précise au dialogue en entreprise devient ainsi un enjeu primordial.
Le présent cycle de rencontres-débats de l’APSE cherche à l’explorer en questionnant sa réalité, ses limites et ses freins, en observant les formes de dialogue en présence, et en identifiant de nouvelles, en émergence.

Après un « café socio » entre adhérents, deux rencontres ont eu lieu autour de travaux de recherche.

Avec Agnès Vandevelde-Rougalde et Michel Feynie, c’est le rôle du langage dans le dialogue en entreprise qui a été questionné. Quels sont les effets de l’émergence d’une « novlangue » managériale, de « mots qui ne collent pas aux choses », sur le développement d’un dialogue empêché en entreprise ?

Marie-Anne Dujarier quant à elle s’est penchée sur l’activité qui serait de plus en plus pensée à distance de ceux qui la vivent, à travers des dispositifs standardisés, et l’action de « planneurs » qui mettent à distance les logiques de métiers et les savoir-faire pratiques au profit de « rapport social sans relation » et de « management désincarné » où le dialogue n’a simplement plus d’intérêt puisqu’il embarrasserait la tâche de rationalisation et les changements successifs et accélérés.
C’est au total la question du pourquoi qui apparaît évacuée, les dispositifs portant surtout sur eux-mêmes.
Au-delà d’une simple banalisation du dialogue il nous semble que c’est d’une forme de fausse participation, de destruction de l’envie et de la capacité de dialogue qu’il s’agirait. Le cercle, vicieux, peut bien alors se refermer…

Pour le quatrième moment de ce cycle, l’APSE propose d’ouvrir la réflexion pour questionner l’émergence de nouvelles formes de dialogue au travail.
Quel peut être l’apport spécifique de la sociologie de l’entreprise dans sa double dimension théorique et pratique, mais aussi d’autres d’approches en sciences sociales, pour sortir de la banalisation du dialogue dans l’entreprise et en faire, bien au contraire, une ressource stratégique adaptée aux transformations contemporaines et contributive de nouvelles dynamiques de développement social ?

Concrètement, cette rencontre s’articulera dans un premier temps autour de deux témoignages sur des formes émergentes de dialogue en entreprise :

Un premier témoignage portera sur la mise en place d’un dispositif méthodologique d’expression et de concertation (D.I.R.E.C.T), pour développer la qualité de vie au travail, et par là même la qualité du service, dans le département d’un grand groupe du secteur assurances.
Il apportera des éclairages sur une démarche rigoureuse, construite autour d’échanges collectifs, qui jette un pont entre expression et action.
Ce dispositif cherche à développer la capacité à élaborer collectivement à tous les niveaux hiérarchiques une réflexion sur son travail et à dialoguer en trouvant ensemble des réponses.
Il s’appuie sur les travaux théoriques de Gérard Mendel qui montrent que des effets opposés apparaissent en fonction du pouvoir que le sujet a ou non sur ses actes : démotivation et souffrance quand le pouvoir est empêché, plaisir et créativité quand les sujets se le réapproprient.
Ce témoignage sera porté par Catherine Boucher (intervenante, Cyrcée) et Claire Rueff-Escoubes (intervenante Agasp, collectif de recherche fondé par Gérard Mendel)

Un deuxième témoignage portera sur une action collective de développement du leadership à l’échelle d’un département de recherche dans un grand organisme de recherche publique.
Reposant sur un diagnostic sociologique, l’action s’est construite en une réflexion collective et contextualisée sur la notion de leadership, aussi fréquemment utilisée dans le contexte de la recherche que peu travaillée.
Un dialogue dans la durée, systémique et décloisonné, en a émergé au sein du collectif, sur des sujets à forts enjeux tant scientifiques que professionnels et institutionnels.
Ce témoignage sera porté par May Balabane - Parent du Châtelet (précédemment chercheure à l’Inra en charge d’une mission d’accompagnement de la recherche) et Guy Richard (Directeur de la DEPE - Délégation à l’Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Études – à l’Inra ; précédemment chef de département de recherche à l’Inra).

Nous proposerons ensuite des discussions en petits groupes de participants puis en plénière, nourris tant par ces témoignages que par l’expérience de chacun.

Cette rencontre sera animée par May Balabane - Parent du Châtelet (Vice-présidente de l’APSE), Grégory Lévis (Président de l’APSE), Olivia Foli (Maîtresse de conférences, CELSA-Sorbonne université), Catherine Boucher (intervenante, Cyrcée) et Danièle Cerland-Kamelgarn (Vice-présidente de l'APSE).

Cet évènement est ouvert à toutes et tous, adhérents ou non, une participation de 6 euros par personne sera demandée pour contribuer aux frais de location de la salle pour l'APSE.

Ce cycle de rencontres APSE est réalisé en partenariat avec le CELSA-Sorbonne Université et Nonfiction.

 
 



Association des Professionnels en Sociologie de l'Entreprise

L’APSE est une association atypique réunissant sociologues praticiens, chercheurs et professionnels partageant une même conviction : mieux comprendre les situations de travail permet de les transformer.

L’APSE propose un espace singulier à travers :

  • des rencontres et des débats sur les apports de la sociologie dans les univers de travail
  • l’animation d'un réseau de praticiens de la sociologie
  • un centre de ressources autour de la sociologie de l'entreprise

Adhérer en ligne

 

Sociologies Pratiques

 

Adhérer à l'APSE ?